Archive | Printemps RSS feed for this section

Le café (bio) de l’Abbaye des Vaux de Cernay

27 Déc

Un café d’été au goût d’éternité  | Abbaye des Vaux de Cernay.

Il a bien fallu quelques mois de vie locale avant d’oser s’asseoir sur l’une des tables de cette abbaye chic. Lieu très prisé, certains convives y débarquent  de leur hélicoptère, légèrement, la mèche au vent.  Cette abbaye est l’un des joyaux de la Vallée de Chevreuse.  Édifiée  au XIIe siècle par des moines de Savigny puis rattachée à l’ordre de Citeaux, restaurée au 19ème siècle par la marquise Charlotte de Rothschild après quelques outrages, elle est devenue aujourd’hui un hôtel particulier. Un établissement privé qui offre à des clients fortunés, mariages sélectes, séminaires au calme… sous l’ombrage des arbres remarquables de son parc de 65 hectares. Lire la suite

Publicités

Fermeture du restaurant Poulet-Purée en 2015 à Boulogne-Billancourt

5 Mar
24 cours de l'île Seguin Boulogne-Billancourt

Une capacité de 340 couverts avec 200 places en terrasse.

XXXX

Les Fermiers de Loué livrent leurs poulets label rouge 3 fois par semaine.

XX

serviette en tissu.

XX

une caravane accueille des groupes.

Fabrice Rault

Fabrice Raoult avait l’idée de créer un restaurant spécialisé dans le poulet depuis 15 ans.

le pain

le pain d’un Meilleur Ouvrier de France, Frédéric Lalos.

parmentier de poulet et son jus.

parmentier de poulet et son jus, plat pyrex.

Une machine Caron

Une machine Caron

La rotissoire

La rôtisserie.

Fabrice et Francis le chef

Fabrice Raoult et son associé Francis Lévêque le chef, (ancien de l’Apicius).

Tasse soleil

Tasse soleil

Café Caron 2 € - 5/3/2015

un café Caron à 2 € – 5/3/2015

Ce Jeudi 5 mars 2015, la nouvelle était déjà arrivée dans la capitale  : de bouche d’Alsacien, les cigognes étaient revenues.  Le  ciel était bleu, le soleil brillait, les oiseaux chantaient bref le printemps relevait nos teints cireux et étirait nos lèvres de parigots pour donner un large sourire banane.

Déjeuner programmé au nouveau restaurant de Fabrice Raoult et Francis Lévêque : « Poulet purée ». Avec un tel intitulé, on pourrait croire avoir déjà tout deviner du concept, mais comme d’habitude rien ne vaut une visite sur place et une bonne rencontre avec les intéressés.

Perchée sur mon vélo, il a fallut en donner des coups de pédale pour réussir à gagner ce nouveau quartier baptisé le « Trapèze » situé dans le bas  de Boulogne Billancourt, là où les grues s’affairent toujours, pas prêtes à être démontées. Je suis arrivée,  la langue pendante. L’immense terrasse était vide, 200 couverts, mais le soleil de mars a beau briller, il reste encore un petit joueur.

En franchissant le seuil, j’ai découvert la 4L blanche, enfin plutôt une moitié découpée (cela aurait plu à Franquin et m’a rappelé sa planche où Gaston Lagaffe croit acheter une voiture entière dans un salon…). Souvenir… Ici Gaston aurait été chez lui. Ambiance nostalgique à souhait. La mob bleu en pièces détachées accrochées sur un mur, la cuisine en formica suspendue en l’air, la caravane pour servir d’abri à une belle troupe… Une déco soigneusement préparée, pour nous faire sourire, et nous sentir bien.  « Il ne faut pas se prendre au sérieux », dit en souriant Fabrice Raoult qui scrute l’air de rien tout mouvement dans son restaurant en grand professionnel qu’il est. Ce Normand qui croit aux belles rencontres a su trouver les producteurs de Loué,  comme partenaire. Les 1040 producteurs de la coopérative ont voté pour le projet.

Ce restaurant est spécial, il est plein de bons sens paysan. Il décline le poulet fermier label rouge et les œufs bio. De la qualité, sans excès tarifaire. Et il y a de l’idée. Une brochette de solilès (rien que !) ;  un poulet fermier de Loué de 100 jours, fini au lait,  pour le dimanche ; une blanquette de poulet ;  un parmentier poulet salade ;  une côte de poulet découpé dans l’autre sens, etc. Et il y a aussi tous les à côtés gourmands : l’authentique dessert « crémet d’Anjou » (un mélange de crème fouettée et d’oeufs en neige aux faux airs de Fontainebleau), de Marie-Noëlle et Jean-François Favereau,  les spécialistes, simplement divin – le seul en région parisienne. Il y aussi « le coup de cœur de Mémé », des cerises à l’eau de vie avec des mini babas au rhum. Les liqueurs et apéritifs sont servis dans des verres consacrés. L’eau du robinet est filtrée (1 €). Le pain délicieux en épi cuit craquant vient des fours de Frédéric Lalos Meilleur ouvrier de France.

Il reste chez Fabrice Raoult l’empreinte de l’aile tendre d’une grand-mère, rehaussée d’un sens créatif et d’une bonne dose d’humour, bref un charme qui ne se cadenasse pas comme ça en formule toute faite. C’est pourquoi l’entrepreneur croit possible d’essaimer la formule poulet purée sous une autre forme, food truck et kiosque de 20 m2 (sans roues). « Pour des personnes qui souhaiteraient se reconvertir ». Cet été il projette de descendre la côte Atlantique à bord d’un food truck pendant deux mois pour aller à la rencontre des gens. Les clients chez lui sont roi. Le prix est d’ailleurs vissé au plus juste : 15,90 € la formule du midi (sauf le dimanche) pour une entrée et 1 plat ou 1 plat 1 dessert et une boisson. Le vin est vendu au litre à la ficelle. Le Brouilly du patron est bon.
Et le café ? « J’aime mon indépendance », a commencé par dire Fabrice Raoult… « J’ai sympathisé avec la brûlerie Caron, leur café est de belle qualité ! ». Excellent choix, l’assemblage garde cet équilibre entre saveur acide et goût corsé représentatif de cette maison et les tasses sont jolies. Le comptoir expose le sucre blanc en morceaux et une pince, à l’ancienne ! Il manque juste le flipper, le baby foot et le juke box et les disques noirs des Chaussettes noires, France Gal, Claude François. Et une jeune Brigitte Bardot en robe vichy.  Poulet Purée… j’y reviendrai bien  un dimanche, accompagnée de ma belle grand-maman qui fume sa Vogue et boit son ballon de rouge sans se laisser impressionner par son compteur, 100 ans dans quelques mois… Mais l’emplacement n’était pas facile, et l’affaire a fermé ses portes après 9 mois d’exploitation (plus de détails ici). Mais les bruits courent que les fermiers de Loué chercheraient une autre adresse dans Paris, cette fois. A suivre.

XXXX

Une bonne ambiance au 24 cours de l’ile Seguin à Boulogne-Billancourt         Tél. : 01 46 21 53 19 |  Ouvert 7 j sur 7. reportage photos boncafeparis.

 

 

L’auberge de la dame Jouanne à Larchant, un café Kimbo

12 Sep
Café Kimbo 1,80 | septembre 2014

Café Kimbo 1,80 € | septembre 2014 @marisesargis

Cette auberge aux pieds  d’un massif de rochers qui voit passer depuis des décennies des varappeurs, des alpinistes, des randonneurs et des familles de tous poils figure en première place dans le panthéon des lieux fétiches de mon enfance.

Passé le dernier carrefour, le village de Larchant dans le dos, sur la petite route départementale, qui mène à la forêt, un panneau indique… Dame Jouanne.

Je sens monter de très loin une bouffée d’émotions. Les souvenirs affluent par vague, avec les odeurs de rocher et de bruyère, les couleurs de sable blanc, les dimanches d’il y a longtemps, du temps où vivaient les disparus d’aujourd’hui. Rien de triste. Au contraire, pulsée par l’énergie de l’enfance, la joie s’achemine par tous les canaux  grands ouverts. Lire la suite

Dimanche 9 juin rue du Nil à Paris, grimpez à l’arbre à café

5 Juin

Hippolyte Courty devant sa boutiqueC’est la fête dimanche 9 juin 2013,  rue du Nil (entre midi et 17 h).  Hippolyte Courty ouvre sa nouvelle boutique de l’Arbre à Café avec ses voisins,  restaurant bar à vins  Frenchie, Terroirs d’avenir & Sapiens.  Que du bon avec des gens sympathiques.

Au programme… dit son communiqué :

« Rien que des bonnes choses : la cuisine inventive de Greg et de son équipe de choc en cuisine (découvrir le dernier né de la famille Frenchie : la streetfood de Frenchie to Goles), les   quilles géniales de Laura, Caroline & Aurélien, les fruits & légumes plein de saveurs d’Alex & Sam de Terroirs, le cochon de lait d’Andrei, les sashimis de Teshima, les bouquets colorés de Stéphane, le café intense d’Hippolyte… »

L’Arbre à Café
10, rue du Nil
PARIS 75002

Le Nelson Café – un Lavazza serré

16 Fév
1,40 € le Lavazza en terrasse à Rambouillet (78)

Un Gran Crema de Lavazza  à Rambouillet (78)

Ce midi là, nous nous étions transformés en chiens. Museaux en l’air, yeux grands ouverts, balayant l’espace de droite à  gauche, nous avancions à l’affût d’un café digne de ce nom, dans la rue centrale de Rambouillet. Un Kimbo ici, un anonyme dans de grandes tasses peu engageantes là, nous parcourûmes la rue droit devant jusqu’à la petite place du  château. Deux places en terrasse ensoleillées nous attendaient au Nelson Café. La halte s’imposait, surtout, que des tasses sous bannière Lavazza nous tendaient les bras. Le patron comprit à notre mine chafouine qu’il ne fallait pas trainer. Il nous apporta fissa deux espressos. Lire la suite

L’atypique à Annecy – un bar à (bon) café artisanal

8 Juil

Les meilleurs cafés d’Annecy à 1,40 € la tasse.

Coup de cœur – Si Jean-Jacques Rousseau était toujours de ce monde, nul doute qu’il viendrait, chaque jour, s’attabler avec sa chère Madame de Warens  quelques minutes dans ce petit coin là. Un petit théâtre savoyard, où dans un chassé croisé du matin, la rue pousse chacun, chacune,  à entrer, avec sa parure d’humeurs ;  pour un  échange, en douceur, de  quelques nouvelles, blagues, bonnes adresses. Les nouvelles têtes sont très vite conquises. Lire la suite

Le meilleur café de Port Joinville sur l’île d’Yeu

13 Mai

Ile d’Yeu 2012. Crédit photo : M.S.

Ils se suivent à la queue le leu le long du quai Carnot à Port Joinville ; chacun son caractère  :  le petit Café du Centre fréquenté par Tatave célèbre  Islais,  l’Hôtel des Voyageurs… où les mines se sont allongées un peu le soir du 2ème tour de la Présidentielle 2012… Mais le meilleur endroit pour siroter un bon espresso pas trop amer, c’est le Café maritime.  Comme à Annecy, les cafés Folliet coulent dans des tasses colorées, tout en équilibre entre acidité et amertume. Le barman apporte en plus gentiment aux cyclistes  des glaçons dans un torchon pour la cheville enflammée. Lire la suite

La Cantine – un café Florio

8 Mar

Café Florio Maison Richard à 2,10 € à déguster en terrasse ou près de la cheminée.

La Cantine est un restaurant de bordure tout comme il faut ;  situé entre les métros Balard et Lourmel au fond de ce XVème arrondissement si sage. L’ambiance est chaleureuse et tranquille.

Le fin du fin en hiver est de s’installer près de la cheminée allumée où brûlent de vraies bûches en bois. En été les terrasses invitent à la pause.

Lire la suite

Le Galopin – le café a changé

4 Mar

XXXXXXXXXX
« Côté Est, non loin de Belleville, dans le 10ème arrondissement, la rue Sainte Marthe se présente comme un nouvel îlot de la gastronomie parisienne aux accents populaires. Celle-ci pousse comme la mauvaise herbe, là où l’on s’y attend le moins. Il y a comme une ambiance de franche camaraderie entre les commerçants, nouvellement implantés dans cette enclave, copains comme cochon, qui passent régulièrement une tête ébouriffée, de temps à autre, chez les uns et les autres, le casque à la main ».  (billet complet sur www.vinetchere.fr). Lire la suite

Le Bonaparte – un café devant l’Eglise Saint Germain des Prés

21 Fév

La tasse de café Richard à 3,20 € le matin et 3,90 € l'après midi.

Du Boulevard Saint Germain,  les Parisiens repèrent la terrasse au soleil, avec comme à Courchevel des couvertures rouges au dos des chaises. Attirés, ils s’approchent, jusqu’à ce qu’ils aperçoivent  les Japonais, Américains et les citoyens du monde pénétrer dans le lieu.  De peur d’être pris pour des touristes, ce qu’ils abhorrent,  les Parigots  tournent alors les talons. Merveilleusement située Place Saint Germain des Prés, où pulse le cœur vibrant de la capitale,  le café Le Bonaparte ne le cache pas, il est une adresse à touristes. Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :